Actualités

L'assemblée générale ordinaire annuelle de Cinémémoire s'est tenue le 24 avril 2019.
 
Alain Bossion, président de Cinémémoire depuis sa création, a souhaité passer le relais, mais reste membre du conseil d'administration. Nous le remercions pour avoir soutenu et accompagné Cinémémoire depuis les premières collectes de films inédits initiées par Circuit-Court il y a plus de 20 ans!

Hubert Defais, qui a lui aussi déposé ses films à Cinémémoire lors du premier appel à film en 1997, est devenu le nouveau président de Cinémémoire.

Le conseil d'administration de Cinémémoire est à présent composé de:

Hubert Defais, retraité, président

Un film d'Hubert Defais: Arrivée du roi Makoko à Brazzaville, République de Congo, août 1958 (8 mm , couleur, silencieux)

Arnaud Romet, artiste multimédia, trésorier.

http://arnaud.romet.free.fr/

Un film d'Arnaud Romet sur le site de Circuit-Court: Anagramme

Pascal Génot, scénariste.

https://www.livre-provencealpescotedazur.fr/annuaire/pascal-genot-Serv_043_8523993291

Quand les films de famille deviennent patrimoine: extraits de la conférence de Pascal Génot à Istres en 2018

Alain Glasberg, cinéaste et président de l’association IMCA

Un film d'Alain Glasberg sur le site Archives-Films Paca: Le trou de mémoire

Fotofusion sur facebook

Interview d'Alain Glasberg à propos de l'IMCA sur France Bleu Vaucluse en 2018

Alain Bossion, retraité de l'administration.

Un film d'Alain Bossion: Hassi Messaoud, Algérie, 1959 (8mm, couleur, silencieux)

Christian Nicosia, artiste plasticien.

https://www.dailymotion.com/crialeyu

Noël Casanova, retraité de l'enseignement.

Développe et anime avec Cinémémoire les actions pédagogiques Kiné-Kino, cinéma, ville et patrimoine.

Un film d'atelier réalisé en mai 2019: Marseille colonie grecque

Daniel Armogathe, maître de conférence, écrivain, président de la Cinémathèque de Marseille.

https://www.desfemmes.fr/essai/histoire-du-feminisme-francais-du-moyen-age-nos-jours/

http://www.massalire.fr/resume/dico_marseillais_res.htm

 

Outre le renouvellement du conseil d'administration, à l'ordre du jour de cette assemblée générale, les points suivants ont également été débattus puis votés:

Le bilan moral

2018 a été pour Cinémémoire une année très perturbée, du fait d'un manque continu de personnel suite au non renouvellement des contrats aidés en septembre 2017. Le recours aux services civiques et à des intermittents en CDD de courtes durée a permis à l'association de continuer à fonctionner et à mener ses projets, mais le manque de personnel qualifié a généré de nombreux problèmes :

  • Techniques liés au manque de maintenance (serveur, baie de disques...)

  • Suivi administratif, du fait du départ de Marie Bouquillon fin 2017, après 10 ans de travail avec Cinémémoire. Merci Marie!

  • Développement des projets, car les deux personnes travaillant régulièrement pour Cinémémoire, Claude Bossion et Agnès O'Martins, ont du remédier à toutes ces lacunes au détriment du développement de nouveaux projets.

A partir de janvier 2019, grâce à l'embauche de Stéphanie, comptable et administratrice et de Gérard Giachi, artiste et informaticien, un nouveau mode de fonctionnement, avec une équipe plus réduite et à temps partiels, mais réunissant les compétences nécessaires au bon fonctionnement de l'association, s'est mis en place et commence à bien fonctionner.

Le recours au bénévolat et aux services civiques tenté en 2018 s'avère difficile à gérer, du fait des qualifications techniques nécessaires à notre activité. Le temps de formation permettant de travailler efficacement est trop long pour que nous puissions y recourir régulièrement, hormis sur des missions de médiation et de communication lorsque nous travaillons sur des événements publics.

Les déposants sont de plus en plus sollicités pour la documentation de leurs films, et les entretiens systématiques à la réception de leurs films numérisés sont précieux. L'espace déposant reste encore peu utilisé par les adhérents, mais il se révèle être un bon outil pour la documenation des films lorsque des entretiens ne peuvent être organisés, et pour préciser l'indexation suite à ces entretiens. Nous continuerons en 2019 à nous rapprocher des déposants afin qu'ils s'impliquent plus régulièrement dans la vie de l'association, notamment pour participer à la numérisation de leurs films et à leur documentation...

Le bilan d'activité et les perspectives 2019

En 2018, 16 dépôts ont été numérisés avec la nouvelle machine de numérisation Müller HD, qui nous permet d'avoir de bonnes qualité de numérisation et de proposer des fichiers .dpx ou Prores 4:2:2 HQ, allant du HD au 4k, lors des cessions de droits d'image. Les ventes d'images ont été multipliées par trois et cela nous a permis de continuer à travailler tout au long de l'année, malgré nos difficultés. Merci à tous les réalisateurs et producteurs qui nous ont commandé des images durant cette année où nous en avions un réel besoin: c'est grâce à vous que Cinémémoire est encore là en 2019!

Le poids des fichiers ayant considérablement augmenté suite au passage à des numérisations en .dpx, nous avons du renouveller notre système de stockage en faisant l'acquisition d'un serveur nas, qui permet de regrouper la totalité de la collection dans un seul volume.

Nous avons fait le choix de continuer à développer notre base de donnée en mettant à jour le PHP, et nous continuerons à la développer en 2019 afin qu'elle se rapproche de la structure de DIAZ. Le passage à DIAZ est donc reporté car cela représente un budget important, et car l'adaptation de notre base à DIAZ risquerait de prendre beaucoup de temps dans son état actuel. Nous complèterons notre base de donnée en y intégrant des champs manquant, comme celui des cinéastes associés aux dépots, des différents types de copie d'un même film... ce qui nous permettra de mieux maîtriser la transition de nos données sur cette base commune 15 cinéathèques d'inédits.

Le projet Enreg-Istres est arrivé à son terme : l'exposition Immortels qui s'est déroulé à la Chapelle Saint-Sulpice en avril 2018, puis la réalisation et la diffusion du film Enreg-Istres en octobre 2018 ont trouvé audience auprès du public Istréen, venu nombreux voir l'exposition et assister à la projection. Lors des 3 années à venir, nous prévoyons de donner suite à ce projet sur l'ensemble du territoire Istres Ouest-Provence, avec le projet: A l'Ouest de la Provence.

Les projets pédagogiques, consistant à familiariser les jeunes avec la recherche d'archives ont permis de créer deux nouveaux films d'atelier, « Le Jarret, le ruisseau le moins connu de Marseille » avec le CFA-BTP de Marseille, et « Istres et la caméra Magique », avec le centre social La Farandole à Istres.

Notre partenariat avec les Petits Frères des Pauvres a continué avec un atelier à l'automne autour du film « Marseille Inconnue ».

Nous continuerons en 2019 à développer des projets pédagogiques auprès des publics jeunes et en particulier scolaires, en adaptant nos propositions d'atelier pour réintégrer le catalogue destiné aux collèges du département, notamment en y incluant une initiation au montage vidéo.

Ateliers ciné-mémoire

Nous développons aussi des ateliers « ciné-mémoire » avec des structures d'accueil des personnes agées, et notamment avec les Petits Frères des Pauvres. Ces ateliers ont notamment pour but la prévention de la maladie d'Alzheimer.

Femmes cinéastes

Nous avons également commencé à travailler sur de nouvelles pages thématiques: les femmes cinéastes amateur, dans le cadre de l'appel du Ministère de la Culture pour le Plan National de Valorisation, piloté par la la DRAC. Nous souhaitons continuer à développer ce projet en 2019.
Ce projet a suscité une discussion animée sur l'évolution de la place des femmes dans la société, la théorie du genre, qu'est-ce qui dit que c'est une femme qui filme, les clichés véhiculés par le cinéma, et parfois employés ou revisités par les femmes elles-mêmes dans leurs production cinématographiques... à suivre!

Marseille Centre Ville

Nous avons continué à collecter et numériser des films sur le centre ville de Marseille et préparons des diffusions pour 2019-2020. Plusieurs partenariats sont envisagés pour la diffusion des films via QR code sur différents parcours de promenade passant dans le centre ville de Marseille. Un premier test est en cours à la Belle de Mai, en partenariat avec l'association Robin des Villes: la Belle Balade.

Le bilan financier 2018

La nouvelle machine de numérisation qui sera amortie en 5 ans représente une immobilisation importante.

L'année 2018 est la dernière année de soutien par la région Sud, qui ne souhaite plus soutenir le patrimoine cinématographique. Nous devrons donc, en 2019, continuer à développer des fonds propres et à mener plusieurs projets permettant de pallier à cette baisse des subventions de fonctionnement.

L'assemblée, commencée à 16 h, est close à 17 h 30. Nous remercions tous les adhérents qui sont venus nous rejoindre lors de cette assemblée !

antoine disdéro cinéaste amateur istres

Antoine Disdero est né le 26 mars 1938 à Arles. Il commence à faire de la photo à l’âge de 12 ans et devient projectionniste à 16 ans, à Salon de Provence. Il commence au patronage, où il projette des films en 16mm, puis au cinéma le Rex. Durant son service militaire, il est cameraman, et aussi projectionniste, pour le cinéma de propagande des armées en Algérie. Son frère aîné achète une caméra 8mm, et Antoine commence à filmer en amateur en 1964. Il s'installe à Istres en 1965 et devient ouvrier coupeur dans la succursale Ricca-Levis d’Istres. Il est embauché peu de temps après chez Naphtachimie, et est atteint d'une maladie pulmonaire suite à cet emploi. Il est décédé le 3 mai 2019 à l’âge de 81 ans.

Antoine Disdero était un cinéaste passionné, attentif, et indépendant. Il a réalisé de nombreux documentaires, reportages tournés-montés et films de famille qui, mis bout à bout, racontent la vie quotidienne, les petits et les grands événements Istréens. Il était devenu au fil des années le chroniqueur de l’actualité locale.  Il était fier d’avoir été le premier Istréen a filmer en sonore. Quand la vidéo apparait, il s’offre le matériel S-VHS. Puis il avait adopté la vidéo numérique à la fin des années 90. Antoine Disdero n’a jamais cessé de filmer, il a réalisé plus de 60 films. S’il avait eu la chance de devenir professionnel, il aurait certainement réalisé des documentaires, comme en témoignent ses films les plus remarquables: "l’élection de Claude Siffre", 1976, "Le méchoui" 1976, "Le concours de roller" en 1990...

« J’ai montré plusieurs films d’Antoine Disdero dans l’exposition "Immortels" à la chapelle St Sulpice d'Istres  en 2018. Ses films participent à transmettre un témoignage unique de la vie d’une famille des années 60 aux années 2000, à décrire le milieu ouvrier des années soixante-dix et à raconter l’histoire d’une ville, Istres. Ces petites images pourront être vues pour l’éternité. En cela ces films sont immortels » 
Claude Bossion


Joyeux anniversaire!, Istres, 1975
extrait de la séquence 820-016
Film super 8, couleur, sonore



Méchoui à Istres, 1976
extrait de la séquence n°820-013
Film super 8, couleur, sonore


Elections municipales à Istres, 1977
extrait de la séquence n°820-006
Film super 8, couleur, sonore

Gala de l'école de danse de madame Gérard, 1976
extrait de la séquence n°820-015
Film super 8, couleur, sonore


Carnaval de l'école St Catherine, 1982
séquence n°820-011
Film super 8, couleur, sonore


Compétition de rollers, 1990 - 1991
extrait de la séquence n° 820-035
S-VHS, couleur, sonore


 

 

 

La majorité des films amateurs et des films de familles sont réalisés par des hommes, pour la plupart de "bons pères de famille". Les statistiques dans la collection Cinémémoire sont édifiantes: les films réalisés par des femmes représentent moins de trois pour cent de la collection de Cinémémoire. Sur plus de 500 déposants/cinéastes, seulement 6 fonds de films sont identifiés comme étant réalisés par des femmes. On aurait pu s’attendre à ce que la vague féministe qui a vu le jour dès les années 1920 dans les démocraties occidentales, puis au cours des années de libération sexuelle des années soixante, favorise l’émergence d’un cinéma amateur au féminin. Nous n’aurions pas été étonnés de voir des films amateurs ou familiaux revendiquant une nouvelle place des femmes dans la famille et dans la société. Non, il n’en est rien, du moins à première vue... Nous n’avons pour l'instant pas identifié dans la collection de films de Cinémémoire de films à proprement parler féministes, pas de prises de position engagées, ou militantes, pas de visions oppressantes, pas de volontés affichées de changer le monde... Peut-être les découvrirons-nous ua fil de nos recherches et des nouveaux dépôts de films...

Mais le simple fait que ces femmes se soient saisies d’une caméra et aient tourné des films nous interroge sur ces images. Existe t-il une manière de filmer au féminin ? En quoi les films réalisés par des femmes sont ils différents, d'ailleurs le sont ils ? Peut on parler d’un regard féminin sur le monde ?

Il nous semble encore tôt, au regard des quelques fonds de films que nous conservons, pour répondre à ces questions. Sur ces pages que nous complèterons au fil de la documentation des films et de nos futures découvertes, vous trouverez une sélection thématique constituée de films tournés par des femmes cinéastes du vingtième siècle.

Peut-être des hommes se sont-ils glissés derrière la caméra le temps de filmer quelques plans: il est parfois difficile de déterminer qui est le cinéaste dans les films de famille, la caméra passe d'une main à l'autre, les enfants filment leurs parents, les maris leur épouse, les amis jouent aux portraits croisés... Toujours est-il que ces films, lorsqu'ils nous ont été confiés, nous ont été présentés comme ayant été tournés par des femmes. Si vous y reconnaissez parfois quelques touches masculines, c'est qu'elles ne craignaient pas de confier leur caméra à certains de leurs proches!

Lisette et Lison, Maroc, années 60

Lisette, Lison et Jacqueline L., 3 sœurs cinéastes amateur

Lisette, Lison et Jacqueline L. sont trois sœurs cinéastes amateur,
qui ont filmé entre 1957 et 1981 leur vie quotidienne et leurs voyages,
au Gabon, au Maroc, en Espagne, puis en Provence à leur arrivée à Marseille.
...


Sélection thématique des films de Lisette, Lison et Jacqueline L.
 

Femmes cineastes amateur, aventurières

Espagne, 1968

baton de rouge à lèvre, Tarragona, Espagne, 1968

Maroc, 1967

Les aventurières Filment les hommes

"Clichés de bonnes femmes"

Regard sur le monde

Quelques femmes cinéastes dans la collection de Cinémémoire

istres sous la neige

Film d'Anet Merilhou PAris, Abidjan, 1967-1982

films danièle passelaigue

hélicoptère base aérienne istres

Christiane Nicoud  Anet Merilhou Paris Danièle Passelaigue 

Jeannine Marseillac

Ces pages ont été réalisées grâce au Programme national de Numérisation et Valorisation des contenus culturels du ministère de la culture, que nous remercions!

 

 

 

 
 

A deux pas de l'école Maurice Korsec, les escaliers monumentaux de la gare Saint-Charles nous disent avec ses deux phares, « Marseille, colonie grecque et Marseille, porte de l'Orient », l'histoire de la fondation de Marseille et sa vocation maritime et commerciale. Ils nous invitent, sous le signe d'Hermès, dieu du commerce et des voyageurs, à chercher dans la ville, à travers son décor architectural et ses monuments, la présence et la mémoire de ses origines phocéennes.

Après avoir dialogué avec l'escalier monumental de la gare, les élèves poursuivent leurs recherches dans les collections patrimoniales des musées de la Ville.

Guidés par leurs conférenciers, ils fréquentent sa mémoire archéologique au Musée d'Histoire de Marseille et sur le site du port antique. Ils décryptent « Marseille, colonie grecque et Marseille, porte de l'Orient » les peintures de Pierre Puvis de Chavannes au Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Pour enrichir leur écriture filmique, ils explorent les archives du fonds de Cinémémoire, avant d'être initiés à la prise de son et d'images lors du parcours urbain « Marseille, colonie grecque ».

Ce film est le résultat de l'atelier vidéo Kinékino/Cinememoire, initié dans le cadre du projet pédagogique: « Marseille, port phocéen 2018 – 600 av. JC », étape du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève (PEAC)

Ecole élémentaire Maurice Korsec, Marseille
Projet pédagogique piloté par Grégory Zins, professeur des écoles
Conception et coordination, Noël Casanova
Montage et réalisation, Claude Bossion
Année scolaire 2018/2019

Moyens techniques: Circuit court
Administration : SCG
Fonds d’archives : Cinememoire
Déposants et cinéastes : Comité du Vieux-Marseille, Jean-Maurice Zacon, fonds Petot

 

Remerciements

Thierry Illy Inspecteur de l'Education nationale Marseille 14.
Sabrina Drici Coordonatrice REP+ (Réseau éducation prioritaire).
DAAC Aix-Marseille.
Christine Bouafia Directrice de l'école Maurice Korsec.
Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille Provence, Patrimoine culturel, Sylvie Drago.
M.Ragheb, propriétaire du snack « En Suisse » Au Palais du Roi à Marseille sur la Canebière.
Noël Casanova, tout particulièrement, pour son aide précieuse à la mise en place, à la bonne marche et à l'aboutissement de ce projet où la pédagogie du patrimoine a été essentielle.

 

Financement : Ecole Maurice Korsec, Dispositif REP+, Cinememoire.net

L'association Robin des Villes, dont l'antenne de Marseille est installée depuis 2017 au couvent Levât, a concocté un parcours de promenade à la découverte de la Belle de Mai. La balade sera inaugurée les 24, 25 et 26 mai 2019, pendant la Belle fête de Mai.
Cinémémoire s'est associé au groupe de bénévoles qui ont créé cet itinéraire en promenade en y intégrant les quelques films d'archives du quartier de la Belle de Mai que contient sa collection.
Si vous aussi, vous avez filmé la Belle de Mai, avec une caméra argentique ou en vidéo, déposez vos films à Cinémémoire!
Nous les numériserons et vous pourrez ainsi les revoir, à la maison, ou en promenade...

Rendez-vous au jardin du couvent Levât pour découvrir le parcours et les films d'archives du quartier.

vendredi 24 mai 2019: balade avec la Fraternité de la Belle de Mai, horaire à déterminer
samedi 25 mai 2019 à 10h: inauguration pour la Belle Fête de Mai
dimanche 26 mai 2019 à 14h: 2ème balade Belle Fête de Mai

Le départ se fera au Couvent Levât (52, rue Levât, 13003 Marseille).
Pour réserver, merci d'envoyer un message à l'adresse suivante: marseille(arobase)robinsdesvilles.org
 

Remise de médailles à la caserne du Muy, années 50
séquence 666-002 - titre original: "prise d'arme St Charles"
film 16 mm, noir et blanc, silencieux, don du squatt de la caserne du Muy.


Majorettes rue d'Orange et place Cadenat, 1972
extrait de la séquence n°876-005
film super 8, couleur, silencieux, cinéaste: L.N.

Promenade en tricycle boulevard Boyer, 1973
extrait de la séquence 876-009
film super 8, couleur, silencieux, cinéaste: L.N.

Mariage à l'église de la Belle de Mai, 1977 et cortège de mariage rue Loubon, 1973
extrait des séquence 876-022 et 876-008
film super 8, couleur, silencieux, cinéaste L.N.



Les religieuses du Sacré Coeur quittent la Belle de Mai, 2017
extrait de la séquence 863-002 "Le magazine vidéo 2017"
vidéo, couleur, sonore, fonds Comité du Vieux Marseille.