Actualités

Ateliers Ciné-Mémoire

Venez vous immerger dans les films de la collection Cinémémoire et réaliser votre propre livre au cours d'ateliers créatifs, du film à l'écriture: visionnage de films d'archives sur des thématiques variées, discussion et évocation de souvenirs, sélection d'images-mémoire, écriture de textes poétiques...

À partir d’une projection de films de familles, chaque participant sélectionne des images-mémoires qui deviennent le support d’un récit autobiographique, réel ou imaginaire, mis en forme dans un livre-objet. Il s’agit pour chaque participant de faire travailler sa mémoire, de s’exprimer en public, de partager ses souvenirs, de choisir des images réalisées par des inconnus pour illustrer sa trajectoire personnelle, de rédiger des textes et de fabriquer un livre-objet.

DÉROULEMENT DES ATELIERS
Sarah Ouazzani, réalisatrice et plasticienne, présente des extraits de films aux participants qui y choisissent une image fixe. C’est cette image-mémoire qui servira de support à une écriture poétique. Chaque participant réalisera un livre-objet composé des 5 photogrammes extraits des films et de textes rédigés pendant l’atelier.

Les ateliers comportent six séances d’une heure et demi.

PARTICIPANTS ET INSCRIPTIONS
Un groupe de 6 à 10 personnes âgées de plus de 60 ans, disponibles sur six séances. Ateliers gratuits sur inscription auprès de Sarah Ouazzani, par mail à souazzani arobase hotmail.com ou au 06-26-65-56-51

PROCHAINS ATELIERS:
Dates: Deux jeudis par mois de 10h à 11h30, les 16 et 30 Janvier, 13 et 27 Février, 12 et 26 Mars 2020.
Lieu: MAISON RELAIS LABADIE - 7 PLACE ALEXANDRE LABADIE - 13001 MARSEILLE

Des ateliers proposés par Cinémémoire en partenariat avec Les Petits Frères des Pauvres et Unis-Cité, avec le soutien de la Conférence des Financeurs de la prévention de la perte d’autonomie du Département des Bouches du Rhône.




Tuer les pèresLa journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille », coordonnée par Bia Rodovalho & Giusy Sapio, propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Le 9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 - Salle Athéna, Maison de la recherche, 4, rue des Irlandais, 75005 Paris

Lien vers l'appel à contribution sur Calenda

Programme

9h00 : Accueil
9h15 : Mot des organisatrices Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio
9h30 : Introduction de Guillaume Soulez (directeur de l’IRCAV) et Sébastien Layerle (directeur adjoint)

9h45 – 10h15
Roger Odin (Université Sorbonne Nouvelle)
Paroles d’un père cinéaste amateur
Introduction et modération du débat par Laurence Allard

10h15 – 11h
Alice Cati (Université Catholique de Milan)
Women and Genealogy: Kinship, Female Imaginary and Family Images

11h – 11h15
Échange avec la salle
Modération par Giuseppina Sapio

11h15 – 11h30
Pause

11h30 – 12h15
Annamaria Motrescu-Mayes (Université de Cambridge)
Resisting gendering while domesticating the male gaze: British women amateur filmmakers, 1930-1960s

12h15 – 12h30
Échange avec la salle
Modération par Beatriz Rodovalho

12h30 – 14h
Pause déjeuner (réservée aux intervenant.es)

Table ronde 1

14h00 – 14h30
Giuseppina Sapio
Femmes et films de famille : assujettissement, subjectivation et profanation
14h30 – 15h
Susan Aasman (Université de Groningen) & Tom Slootweg (Université d’Utrecht)
Resisting the Father’s Gaze and Voice: Fatherhood and Video
15h00 – 15h30
Beatriz Rodovalho
Films Out of the Closet : in Search of Lesbian Home Movies

15h30 – 15h45
Échange avec la salle
Modération par Clara Schulmann

15h45 – 16h00
Pause

Table ronde 2

16h00 – 16h30
Katharina Müller, Stefanie Zingl, Sandra Ladwig (Film Museum, Vienne)
Amateurinnen. Sur la perte de contrôle comme la meilleure façon de tuer les pères
16h30 – 17h00
Marta Alvarez (Université de Bourgogne Franche-Comté)
Questionner les représentations : réappropriations de films de famille dans le documentaire espagnol contemporain
17h00 – 17h30
Agnès Le Courtois O'Martins et Claude Bossion (Cinémémoire)
Femmes cinéastes amateur dans la collection de Cinémémoire

17h30 – 17h45
Échange avec la salle
Modération par Valérie Vignaux

17h45 – 18h00
Conclusion

pdf buttonTélécharger le programme

Des films de famille pour raconter l'Ouest de la Provence

Un portrait numérique de l'ouest Provence grâce à nos films de famille et d'amateur ? C'est l'enjeu du projet Arpenteurs d'image, A l'ouest de la Provence conduit par la Direction du Patrimoine Culturel Istres / Ouest Provence, l'association Cinémémoire et le réalisateur Claude Bossion. Un projet qui démarre cet automne 2019 dans toutes les communes du territoire pour sensibiliser le public à l’intérêt patrimonial du cinéma d'amateur.

 

Faire des films de famille et d'amateur un patrimoine culturel

Depuis 2015, la Direction du Patrimoine Culturel Istres / Ouest Provence, Cinémémoire et le réalisateur Claude Bossion travaillent à valoriser le patrimoine des films de famille et d'amateur. En effet, ces petits films forment aujourd'hui une remarquable mémoire du territoire et de sa diversité. Après l'aboutissement d'une première étape et le succès du film Enreg-Istres en 2018 à Istres, c'est à toutes les villes du territoire Istres / Ouest Provence que se consacre à présent le projet Arpenteurs d’Images, A l'ouest de la Provence.

Arpenter un territoire et collecter des films pour témoigner d'une diversité

En 2020, une équipe d'artistes et de scientifiques arpentera l'Ouest Provence à la rencontre du public, à l'occasion de plusieurs ciné-conférences et de deux résidences de création entre mer et collines.

Conjointement, un appel aux personnes ayant filmé l'Ouest Provence ou en possession de films de famille concernant ce territoire est lancé en partenariat avec les communes de Grans, Cornillon-Confoux, Miramas, Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône. Cinémémoire numérisera et conservera ces petits films en 8mm, super 8, 9,5mm ou 16mm qui lui seront confiés par les habitants.

Sauvegardées, ces images seront utilisées pour la création d'un Web-documentaire réalisé par Claude Bossion. Accessible sur Internet, il permettra à toutes et tous d'explorer le territoire à son rythme en se déplaçant sur une carte interactive, retraçant transformations sociales, culturelles et économiques des années 1920 à nos jours. Un véritable portrait numérique de l'Ouest Provence.

2019 : Lancement du projet

2020 : Collecte, Ciné conférences dans chaque ville de l'Ouest Provence et 2 résidences de création

2021 : Création et restitution sur le Web

Télécharger le dossier de presse

Télécharger 5 images et les logos en 300 dpi

Voir aussi :

Le dossier patrimonial consacré à l'histoire de la ville d'Istres

Documentaire Enreg-Istres en intégralité

 

 

 

Durant trois ans, Cinémémoire a arpenté le territoire d'Istres à la recherche de films amateur et à la rencontre de ses habitants. En 2015, 18 films tournés à Istres étaient conservés par Cinémémoire. A présent, 136 films, tournés entre 1923 et l'an 2000, sont consultables via la recherche en ligne. Nous avons sélectionné quelques films remarquables, en abordant divers aspects de la vie Istréenne: du sport automobile à l'agriculture, en passant par la base aérienne, les parties de pêche sur les étangs...

Films d'archive d'Istres par thématiques

circuit-auto-miramas-années-30

hélicoptère base aérienne istres

istres sous la neige

étang de berre barque avec perche de navigation

Vivre à Istres La base aérienne Le circuit de Miramas Les étangs

chantier de terrassement istres

sports-istres-joute-provençale

agriculture-istres-fenaison-mecanisee

Petits et grands travaux Les sports L'agriculture

Enreg~Istres: une action patrimoniale à partir de films amateurs

circuit-auto-miramas-années-30

hélicoptère base aérienne istres

istres sous la neige

étang de berre barque avec perche de navigation

Enreg~Istres
un documentaire de
Claude Bossion
Immortels
une installation vidéo
de Claude Bossion
"La ville et
les cinéastes amateur"
Conférence de Roger Odin

Quand les films de famille
deviennent patrimoine

conférence de Pascal Génot

 

 

 

La majorité des films amateurs et des films de familles sont réalisés par des hommes, pour la plupart de "bons pères de famille". Les statistiques dans la collection Cinémémoire sont édifiantes: les films réalisés par des femmes représentent moins de trois pour cent de la collection de Cinémémoire. Sur plus de 500 déposants/cinéastes, seulement 6 fonds de films sont identifiés comme étant réalisés par des femmes. On aurait pu s’attendre à ce que la vague féministe qui a vu le jour dès les années 1920 dans les démocraties occidentales, puis au cours des années de libération sexuelle des années soixante, favorise l’émergence d’un cinéma amateur au féminin. Nous n’aurions pas été étonnés de voir des films amateurs ou familiaux revendiquant une nouvelle place des femmes dans la famille et dans la société. Non, il n’en est rien, du moins à première vue... Nous n’avons pour l'instant pas identifié dans la collection de films de Cinémémoire de films à proprement parler féministes, pas de prises de position engagées, ou militantes, pas de visions oppressantes, pas de volontés affichées de changer le monde... Peut-être les découvrirons-nous ua fil de nos recherches et des nouveaux dépôts de films...

Mais le simple fait que ces femmes se soient saisies d’une caméra et aient tourné des films nous interroge sur ces images. Existe t-il une manière de filmer au féminin ? En quoi les films réalisés par des femmes sont ils différents, d'ailleurs le sont ils ? Peut on parler d’un regard féminin sur le monde ?

Il nous semble encore tôt, au regard des quelques fonds de films que nous conservons, pour répondre à ces questions. Sur ces pages que nous complèterons au fil de la documentation des films et de nos futures découvertes, vous trouverez une sélection thématique constituée de films tournés par des femmes cinéastes du vingtième siècle.

Peut-être des hommes se sont-ils glissés derrière la caméra le temps de filmer quelques plans: il est parfois difficile de déterminer qui est le cinéaste dans les films de famille, la caméra passe d'une main à l'autre, les enfants filment leurs parents, les maris leur épouse, les amis jouent aux portraits croisés... Toujours est-il que ces films, lorsqu'ils nous ont été confiés, nous ont été présentés comme ayant été tournés par des femmes. Si vous y reconnaissez parfois quelques touches masculines, c'est qu'elles ne craignaient pas de confier leur caméra à certains de leurs proches!

Lisette et Lison, Maroc, années 60

Lisette, Lison et Jacqueline L., 3 sœurs cinéastes amateur

Lisette, Lison et Jacqueline L. sont trois sœurs cinéastes amateur,
qui ont filmé entre 1957 et 1981 leur vie quotidienne et leurs voyages,
au Gabon, au Maroc, en Espagne, puis en Provence à leur arrivée à Marseille.
...


Sélection thématique des films de Lisette, Lison et Jacqueline L.
 

Femmes cineastes amateur, aventurières

Espagne, 1968

baton de rouge à lèvre, Tarragona, Espagne, 1968

Maroc, 1967

Les aventurières Filment les hommes

"Clichés de bonnes femmes"

Regard sur le monde

Quelques femmes cinéastes dans la collection de Cinémémoire

istres sous la neige

Film d'Anet Merilhou PAris, Abidjan, 1967-1982

films danièle passelaigue

hélicoptère base aérienne istres

Christiane Nicoud  Anet Merilhou Paris Danièle Passelaigue 

Jeannine Marseillac

Ces pages ont été réalisées grâce au Programme national de Numérisation et Valorisation des contenus culturels du ministère de la culture, que nous remercions!