Actualités

Des films de famille pour raconter l'Ouest de la Provence

Un portrait numérique de l'ouest Provence grâce à nos films de famille et d'amateur ? C'est l'enjeu du projet Arpenteurs d'image, A l'ouest de la Provence conduit par la Direction du Patrimoine Culturel Istres / Ouest Provence, l'association Cinémémoire et le réalisateur Claude Bossion. Un projet qui démarre cet automne 2019 dans toutes les communes du territoire pour sensibiliser le public à l’intérêt patrimonial du cinéma d'amateur.

 

Faire des films de famille et d'amateur un patrimoine culturel

Depuis 2015, la Direction du Patrimoine Culturel Istres / Ouest Provence, Cinémémoire et le réalisateur Claude Bossion travaillent à valoriser le patrimoine des films de famille et d'amateur. En effet, ces petits films forment aujourd'hui une remarquable mémoire du territoire et de sa diversité. Après l'aboutissement d'une première étape et le succès du film Enreg-Istres en 2018 à Istres, c'est à toutes les villes du territoire Istres / Ouest Provence que se consacre à présent le projet Arpenteurs d’Images, A l'ouest de la Provence.

Arpenter un territoire et collecter des films pour témoigner d'une diversité

En 2020, une équipe d'artistes et de scientifiques arpentera l'Ouest Provence à la rencontre du public, à l'occasion de plusieurs ciné-conférences et de deux résidences de création entre mer et collines.

Conjointement, un appel aux personnes ayant filmé l'Ouest Provence ou en possession de films de famille concernant ce territoire est lancé en partenariat avec les communes de Grans, Cornillon-Confoux, Miramas, Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône. Cinémémoire numérisera et conservera ces petits films en 8mm, super 8, 9,5mm ou 16mm qui lui seront confiés par les habitants.

Sauvegardées, ces images seront utilisées pour la création d'un Web-documentaire réalisé par Claude Bossion. Accessible sur Internet, il permettra à toutes et tous d'explorer le territoire à son rythme en se déplaçant sur une carte interactive, retraçant transformations sociales, culturelles et économiques des années 1920 à nos jours. Un véritable portrait numérique de l'Ouest Provence.

2019 : Lancement du projet

2020 : Collecte, Ciné conférences dans chaque ville de l'Ouest Provence et 2 résidences de création

2021 : Création et restitution sur le Web

Télécharger le dossier de presse

Télécharger 5 images et les logos en 300 dpi

Voir aussi :

Le dossier patrimonial consacré à l'histoire de la ville d'Istres

Documentaire Enreg-Istres en intégralité

 

 

 

Durant trois ans, Cinémémoire a arpenté le territoire d'Istres à la recherche de films amateur et à la rencontre de ses habitants. En 2015, 18 films tournés à Istres étaient conservés par Cinémémoire. A présent, 136 films, tournés entre 1923 et l'an 2000, sont consultables via la recherche en ligne. Nous avons sélectionné quelques films remarquables, en abordant divers aspects de la vie Istréenne: du sport automobile à l'agriculture, en passant par la base aérienne, les parties de pêche sur les étangs...

Films d'archive d'Istres par thématiques

circuit-auto-miramas-années-30

hélicoptère base aérienne istres

istres sous la neige

étang de berre barque avec perche de navigation

Vivre à Istres La base aérienne Le circuit de Miramas Les étangs

chantier de terrassement istres

sports-istres-joute-provençale

agriculture-istres-fenaison-mecanisee

Petits et grands travaux Les sports L'agriculture

Enreg~Istres: une action patrimoniale à partir de films amateurs

circuit-auto-miramas-années-30

hélicoptère base aérienne istres

istres sous la neige

étang de berre barque avec perche de navigation

Enreg~Istres
un documentaire de
Claude Bossion
Immortels
une installation vidéo
de Claude Bossion
"La ville et
les cinéastes amateur"
Conférence de Roger Odin

Quand les films de famille
deviennent patrimoine

conférence de Pascal Génot

 

 

 

Pour cause de report des Dimanches de la Canebière au 13 octobre 2019, date à laquelle nous ne pourrons pas proposer cet événement, Fouillez vos Greniers est reporté à une date ultérieure que nous vous communiquerons bientôt...

Un ciné-portrait de Marseille par ses habitants.

Le 29 septembre 2019 de 14h à 17h, à l'occasion du Dimanche de la Canebière dédié au Patrimoine, Cinémémoire et le Bureau des guides du GR2013 proposent une rencontre afin de présenter un projet de film qui sera réalisé à partir des bobines amateurs tournées par les Marseillais.

L'équipe de Cinémémoire, cinémathèque de films amateurs, vous montrera des extraits d'archives issus de ses collections et propose aux Marseillais d'apporter leurs films de famille. Les films sur le centre ville de Marseille pourront être visionnés sur place, sur des projecteurs Super 8 et 8mm. Les visiteurs seront également invités à participer à l'écriture du film en discutant des représentations de la ville dans la mémoire collective.

Les films de familles et d'amateurs, enregistrés à hauteur d'homme, sont-ils porteurs d'images moins artificielles, plus brutes, plus proche de la vie quotidienne des habitants ? Participeront-ils à dessiner un portrait plus juste de Marseille, loin du banditisme, tourisme et autres pagnolades ?

Si vous avez des films de famille dans votre grenier, votre cave ou vos placards, venez les visionner avec nous ! Cinémémoire numérise gratuitement vos films sur la cité Massaliote. Ces derniers rejoindront la collection que l'association conserve et valorise depuis plus de 20 ans.

Quand ? Dimanche 29 septembre 2019 de 14h à 17h

Où ? La Vitrine du sentier : 152 la Canebière 13001 Marseille

La majorité des films amateurs et des films de familles sont réalisés par des hommes, pour la plupart de "bons pères de famille". Les statistiques dans la collection Cinémémoire sont édifiantes: les films réalisés par des femmes représentent moins de trois pour cent de la collection de Cinémémoire. Sur plus de 500 déposants/cinéastes, seulement 6 fonds de films sont identifiés comme étant réalisés par des femmes. On aurait pu s’attendre à ce que la vague féministe qui a vu le jour dès les années 1920 dans les démocraties occidentales, puis au cours des années de libération sexuelle des années soixante, favorise l’émergence d’un cinéma amateur au féminin. Nous n’aurions pas été étonnés de voir des films amateurs ou familiaux revendiquant une nouvelle place des femmes dans la famille et dans la société. Non, il n’en est rien, du moins à première vue... Nous n’avons pour l'instant pas identifié dans la collection de films de Cinémémoire de films à proprement parler féministes, pas de prises de position engagées, ou militantes, pas de visions oppressantes, pas de volontés affichées de changer le monde... Peut-être les découvrirons-nous ua fil de nos recherches et des nouveaux dépôts de films...

Mais le simple fait que ces femmes se soient saisies d’une caméra et aient tourné des films nous interroge sur ces images. Existe t-il une manière de filmer au féminin ? En quoi les films réalisés par des femmes sont ils différents, d'ailleurs le sont ils ? Peut on parler d’un regard féminin sur le monde ?

Il nous semble encore tôt, au regard des quelques fonds de films que nous conservons, pour répondre à ces questions. Sur ces pages que nous complèterons au fil de la documentation des films et de nos futures découvertes, vous trouverez une sélection thématique constituée de films tournés par des femmes cinéastes du vingtième siècle.

Peut-être des hommes se sont-ils glissés derrière la caméra le temps de filmer quelques plans: il est parfois difficile de déterminer qui est le cinéaste dans les films de famille, la caméra passe d'une main à l'autre, les enfants filment leurs parents, les maris leur épouse, les amis jouent aux portraits croisés... Toujours est-il que ces films, lorsqu'ils nous ont été confiés, nous ont été présentés comme ayant été tournés par des femmes. Si vous y reconnaissez parfois quelques touches masculines, c'est qu'elles ne craignaient pas de confier leur caméra à certains de leurs proches!

Lisette et Lison, Maroc, années 60

Lisette, Lison et Jacqueline L., 3 sœurs cinéastes amateur

Lisette, Lison et Jacqueline L. sont trois sœurs cinéastes amateur,
qui ont filmé entre 1957 et 1981 leur vie quotidienne et leurs voyages,
au Gabon, au Maroc, en Espagne, puis en Provence à leur arrivée à Marseille.
...


Sélection thématique des films de Lisette, Lison et Jacqueline L.
 

Femmes cineastes amateur, aventurières

Espagne, 1968

baton de rouge à lèvre, Tarragona, Espagne, 1968

Maroc, 1967

Les aventurières Filment les hommes

"Clichés de bonnes femmes"

Regard sur le monde

Quelques femmes cinéastes dans la collection de Cinémémoire

istres sous la neige

Film d'Anet Merilhou PAris, Abidjan, 1967-1982

films danièle passelaigue

hélicoptère base aérienne istres

Christiane Nicoud  Anet Merilhou Paris Danièle Passelaigue 

Jeannine Marseillac

Ces pages ont été réalisées grâce au Programme national de Numérisation et Valorisation des contenus culturels du ministère de la culture, que nous remercions!

 

 

 

 
 

A deux pas de l'école Maurice Korsec, les escaliers monumentaux de la gare Saint-Charles nous disent avec ses deux phares, « Marseille, colonie grecque et Marseille, porte de l'Orient », l'histoire de la fondation de Marseille et sa vocation maritime et commerciale. Ils nous invitent, sous le signe d'Hermès, dieu du commerce et des voyageurs, à chercher dans la ville, à travers son décor architectural et ses monuments, la présence et la mémoire de ses origines phocéennes.

Après avoir dialogué avec l'escalier monumental de la gare, les élèves poursuivent leurs recherches dans les collections patrimoniales des musées de la Ville.

Guidés par leurs conférenciers, ils fréquentent sa mémoire archéologique au Musée d'Histoire de Marseille et sur le site du port antique. Ils décryptent « Marseille, colonie grecque et Marseille, porte de l'Orient » les peintures de Pierre Puvis de Chavannes au Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Pour enrichir leur écriture filmique, ils explorent les archives du fonds de Cinémémoire, avant d'être initiés à la prise de son et d'images lors du parcours urbain « Marseille, colonie grecque ».

Ce film est le résultat de l'atelier vidéo Kinékino/Cinememoire, initié dans le cadre du projet pédagogique: « Marseille, port phocéen 2018 – 600 av. JC », étape du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève (PEAC)

Ecole élémentaire Maurice Korsec, Marseille
Projet pédagogique piloté par Grégory Zins, professeur des écoles
Conception et coordination, Noël Casanova
Montage et réalisation, Claude Bossion
Année scolaire 2018/2019

Moyens techniques: Circuit court
Administration : SCG
Fonds d’archives : Cinememoire
Déposants et cinéastes : Comité du Vieux-Marseille, Jean-Maurice Zacon, fonds Petot

 

Remerciements

Thierry Illy Inspecteur de l'Education nationale Marseille 14.
Sabrina Drici Coordonatrice REP+ (Réseau éducation prioritaire).
DAAC Aix-Marseille.
Christine Bouafia Directrice de l'école Maurice Korsec.
Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille Provence, Patrimoine culturel, Sylvie Drago.
M.Ragheb, propriétaire du snack « En Suisse » Au Palais du Roi à Marseille sur la Canebière.
Noël Casanova, tout particulièrement, pour son aide précieuse à la mise en place, à la bonne marche et à l'aboutissement de ce projet où la pédagogie du patrimoine a été essentielle.

 

Financement : Ecole Maurice Korsec, Dispositif REP+, Cinememoire.net